Luiz Gustavo Lemes Vieira, le plus brésilien des Beaujolais

Pendant ce début de saison, le CSV va vous présenter ses nouveaux joueurs. On commence notre série aujourd'hui avec un peu de soleil, alors que le monde avait les yeux tournés vers Rio pour les Jeux olympiques.

Cette saison, il y aura comme un petit air de samba dans nos rangs. Luiz Gustavo Lemes Vieira, ancien espoir d'Oyonnax, a rejoint le CSV.

Au pays où le football est élevé au rang de religion, certains ont fait le choix du ballon ovale : Luiz Gustavo Lemes Vieira est de ceux-ci. Et pourtant, au départ, rien ne le prédestinait à une telle trajectoire. Dans sa région, près de Sao Paolo, le rugby n'est pas un sport développé ; il a donc commencé par la boxe, le judo, la capoeira. Ce n'est qu'à 16 ans qu'il s'est orienté vers le rugby, pour son esprit collectif, physique, et de combat. Le président de son club était catalan. "Il a choisi cinq jeunes pour venir jouer en France, dont moi. Au final, nous sommes deux à être venus". L'objectif était de préparer les Jeux olympiques de Rio. Au bout de six mois, retour au Brésil, mais l'appel du rugby fut plus fort pour Luiz qui retraversa l'Atlantique et rentra comme troisième ligne dans les rangs du FC Grenoble. Tout d'abord Crabos, surclassé en Recheil, puis espoir à Oyonnax où il sera resté deux saisons, allant jusqu'en demi-finale du championnat de France. "Au début, ça a été compliqué. Déjà, il y avait la barrière de la langue pendant les entraînements. Après, pour l'école j'étais obligé de bosser deux fois plus".

A la fin de sa dernière année en espoir, son but restait le même : gagner sa place au sein d'un club professionnel. Pas évident quand on n'a que 22 ans et pas assez d'expérience, comme il le dit lui-même. Cette expérience, c'est à Villefranche, au CSV, qu'il a choisi de venir l'acquérir cette saison. "L'ambiance m'a tout de suite plu, ce n'est pas un club qui a la grosse tête, les gens sont humbles ici. On a fait trois matches amicaux, un stage de début de saison, et tout se passe vraiment bien". Mais son objectif reste inchangé : être le premier Brésilien à signer un contrat professionnel en France. "Cela serait une grande fierté". Luiz en a les armes et les valeurs, des atouts sur lesquels le CSV va pouvoir désormais compter.

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Laluciole (jeudi, 15 septembre 2016 21:03)

    bienvenue dans le Beaujolais