Un week-end Bleu, Blanc et noir...

Le CSV a versé de nombreuses larmes ce week-end. De tristesse avec la disparition de son entraîneur emblématique Franck Kaninka. De joie grâce à ses cadets, qualifiés à XII pour le quart de finale du challenge du Sud-Est et pour le 8e de finale du championnat de France en Teulière.

 

Nombreux sont ceux qui laisseront leur empreinte dans l'histoire du Cercle Sportif de Villefranche. Franck Kaninka est sans conteste un de ceux-ci. Il y a quelques semaines, il nous avait annoncé sa volonté de partir à Montpellier, région d'origine de son épouse Katia, pour s'y établir. Il avait décroché une mutation professionnelle. Il ne mettra jamais son projet en pratique. Alors que le 12 mai au soir, nous étions tous rassemblés autour de lui pour fêter son départ, les membres du CSV se sont réveillés samedi matin en apprenant la terrible nouvelle : Franck nous avait quittés dans la nuit. Les seniors, qu'il a entraînés pendant plusieurs années, ont immédiatement stoppé leur participation au Seven à Ternay pour rejoindre l'Escale et partager leur peine avec les nombreux autres membres du CSV présents au club house. Frédéric Miguet, président du CSV, lui a rendu un vibrant hommage partagé par tous le lendemain. Mais Kif était avant tout un amoureux du rugby, et c'est donc sur les terrains que les Bleu & Blanc pouvaient lui rendre le plus bel hommage.

Avancer toujours, se tromper parfois, renoncer jamais. Une devise, affichée dans le vestiaire de l'équipe seniors et qui a été mise en pratique par nos cadets à XII. Un mot de leur coach, Alexandre Dézé : "L'équipe Cadet B recevait le 13 mai à l'Escale l'équipe B du RC Rillieux dans le cadre du Championnat Sud-Est à XII. Ce 8e de finale revêtait d'un enjeu crucial, puisqu'il s'agissait d'un match sec à élimination direct. Les garçons, comme nous tous, ont appris la disparition de Franck Kaninka peu avant la rencontre, et avaient à cœur de réussir ce match. C'est après une minute de silence émouvante où étaient réunis sur le terrain, bras dessus bras dessous, les deux équipes, les joueurs du groupe séniors, l'arbitre et les bénévoles des deux clubs, que le match a commencé. D'abord entreprenant, et menant rapidement 7-0, nos joueurs se sont ensuite laissés entraîner dans un faux rythme permettant à nos adversaires de mener 12-7 à quinze minutes de la fin de la rencontre. A la fois déchaînés et pragmatiques, les Ciel et Blanc marqués 24 points sans en concéder aucun durant cette fin de match pour s'imposer 31 à 12 et se qualifier ainsi pour les quarts de finales".

Le lendemain, les cadets Teulière prenaient la route de Saulieu pour le 16e de finale du championnat de France contre le RC Suresnois. Le niveau monte au fur et à mesure de l'avancée dans la compétition, les CSVistes l'ont bien compris mais avaient affûté leurs armes pour parvenir à leur fin. L'entame du match s'est plutôt bien déroulée, avec une pénalité passée dans les premiers instants de jeu. "On a appliqué la stratégie de la première à la 18e minute, explique le coach Xavier Montméat, mais on est partis de trop loin pour réaliser nos attaques, on n'a pas assez joué au pied pour aller dans leur camp". Peu avant la mi-temps, sur une action, un des jeunes Caladois écope d'un carton rouge tandis qu'un autre est sorti sur blessure, finalement sans gravité. A la pause, le CSV mène tout de même 10 à 3 mais va devoir terminer le match à quatorze. Mais les jeunes Bleu et Blanc vont garder la tête haute et parvenir à conserver l'avantage, en jouant sur leurs points forts, avec plusieurs changements dans l'effectif à la reprise. "On s'est rapprochés pour marquer, poursuit Xavier Montméat, c'était plus facilitant pour nous". Avec deux nouveaux cartons jaunes, les cadets caladois ont joué un moment à 12, mais ne se sont pas laissés déstabiliser. Score final : 27 à 15 pour les Caladois qui prennent la route des 8e de finale du championnat de France. "Sportivement on a vu un beau match de phase finale, ajoute le coach, Suresnes était bien organisé défensivement, sans rien lâcher, cela permet de monter notre niveau de jeu. Il va maintenant falloir gérer les bobos, les suspensions… On ne connaît les équipes". Une cinquantaine de supporters caladois avaient fait le déplacement. Gageons qu'au fur et à mesure de l'avancée dans le championnat, leur nombre croisse encore. Les photos sont en ligne ici.

Le 14 mai, l'Escale accueillait également le rassemblement territorial des moins de 12 ans. Plus de 600 jeunes se sont ainsi rencontrés sur les différents terrains du complexe rugbystique. Un tournoi sur lequel nos trois équipes ont été plutôt remarquées. La deuxième et la troisième ont remporté toutes leurs rencontres ; la première a essuyé deux défaites et remporté trois matches, les jeunes CSVistes étant combattifs dans les regroupements, la plus difficile étant contre l'Arcol, avec une bonne première mi-temps mais une seconde très compliquée. Une belle prestation néanmoins prometteuse pour l'avenir. Les photos de Louis Peyron sont disponibles ici.

Les moins de 10 ans étaient en tournoi à Unieux avec deux équipes la première engrangeant cinq victoires et une défaite, la deuxième quatre victoires et deux défaites. Une équipe commune a également été composée avec le RC Belleville Beaujolais et a totalisé deux victoires et quatre défaites. Des résultats globaux qui montrent le travail positif accompli pendant l'année avec les éducateurs.

Les minimes étaient sur deux fronts. L'équipe 1 était à l'Arcol ; un tournoi qui s'est bien déroulé avec une belle performance malgré de nombreux absents et les adversaires présents. Les joueurs nés en 2004 affrontaient le LOU pour un match amical, assez difficile sportivement en raison d'un écart de niveau.

Jeudi 11 mai, c'est notre partenaire Acqua Piscines et Alentours qui accueillait le club Bleu & Blanc pour un premier Speed Meeting Business. Une initiative de notre commission partenariat qui a été très bien accueillie par nos partenaires et qui devrait donner lieu à de nouveaux rendez-vous de ce type.

Un week-end où les résultats de nos jeunes rugbymen ont donné un peu de baume au cœur meurtri du CSV. Une plaie qui restera gravée mais dont nous devons nous servir pour continuer à avancer, sans jamais renoncer.

Écrire commentaire

Commentaires: 0